Tous les articles par Estelle Tzotzis

Un mois à la Maison Française d’Oxford

 

(Jardin de la Maison Française d’Oxford – 26.11.2012 Lola Cindric©)

Dans le quartier cinégénique de Park Town, la Maison Française d’Oxford accueille une équipe interdisciplinaire de chercheur·e·s présent·e·s pour des durées variables. Des programmes d’échange et des financements sont alloués pour venir y travailler. La bourse du mois propose probablement le plus court des séjours, ce qui n’amenuise en rien l’éventail d’opportunités que la Maison offre, à commencer par sa chaleureuse bibliothèque, en accès de jour comme de nuit, les sept jours de la semaine, pour tou·te·s les résident·e·s. C’est dans ce cadre que j’ai eu la chance de passer le mois de novembre 2021 à Oxford.

Les chercheur·e·s, le directeur – Pascal Marty, la gestionnaire administrative et académique – Catherine O’Sullivan, la comptable – Véronique Puelle, la chargée des programmes – Anne-Sophie Gabillas et la bibliothécaire – Janet Foot sont des plus accueillant·e·s. Quotidiennement, à 11h et à 16h, les Tea time installent des moments favorables au partage de conseils et de programmations culturels et universitaires.

(Radcliffe Camera – 15.11.2021 Estelle Tzotzis ©)

La bourse du mois et l’hébergement proposés par la MFO m’ont permis de mener à bien des projets qui avaient motivé ma candidature. Après le rite initiatique où j’ai juré de laisser d’éventuels désirs pyromanes aux portes de la célèbre quadricentenaire bibliothèque oxonienne – moment ne pouvant qu’enchanter tout·e étudiant·e en anthropologie – je me suis vu remettre une carte de lectrice du réseau Bodléien. Il s’agit d’un laissez-passer indispensable pour accéder aux espaces de travail, commander, retirer et lire des ouvrages et revues scientifiques, disponibles sur réservation et consultables exclusivement sur place. La Radcliffe Camera est alors devenue un phare dans la ville.

Approfondir ma bibliographie était mon premier objectif. Le second était de rencontrer le groupe de recherche pluridisciplinaire oxonien Queer Intersections Oxford, dédié aux études queer et trans – et d’assister à leurs événements organisés tout au long du mois. Conférences et séminaires s’avérèrent faciles d’accès.

Le cadre et les aménagements mis en place à la Maison Française d’Oxford sont des plus propices au travail académique. C’est une réelle chance d’avoir pu y séjourner et je remercie infiniment toute l’équipe pour sa confiance.

Estelle Tzotzis

Page de présentation perso sur le site de la Maison Française d’Oxford

Soutenance HDR de Jérôme Courduriès

Jérôme Courduriès, corédacteur de ce carnet, anthropologue spécialiste de l’homoparentalité et maître de conférence à l’Université de Toulouse Jean Jaurès, soutiendra le 11 juin 2021 (à partir de 14h) son habilitation à diriger des recherches. La soutenance se déroulera à la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme, à Aix-en-Provence et en visioconférence sur Zoom. N’hésitez pas à nous écrire si vous souhaitez recevoir le lien de connexion.

Le dossier qui fera l’objet de cette soutenance s’intitule « Gestation pour autrui, homoparentalité, mention de sexe à l’état civil : des relations et des statuts. Une contribution à l’anthropologie de la parenté et du genre dans la société française ». Il se compose d’un mémoire de synthèse proposant des analyses inédites, d’un volume regroupant une sélection de publications et de trois ouvrages : Homosexualité et parenté (2014, dirigé avec Agnès Fine), Perspectives internationales sur la gestation pour autrui. Expériences des personnes concernées et contextes d’action (2018, dirigé avec Isabel Côté et Kévin Lavoie) et Homoparentalités : la famille en question? (2020, Co-écrit avec Flávio Luiz Tarnovski).

Le jury sera composé de : Tiphaine Barthélémy, Professeure, Université de Picardie Jules Verne (Rapportrice) Agnès Fine, Directrice d’études, École des hautes études en sciences sociales Laurence Hérault, Professeure, Aix-Marseille Université (Tutrice) Michael Houseman, Directeur d’études, École pratique des hautes études (Rapporteur) Séverine Mathieu, Directrice d’études, École pratique des hautes études Rayna Rapp, Professor, New York University Irène Théry, Directrice d’études, École des hautes études en sciences sociales (Rapportrice).

Nous lui souhaitons une riche soutenance et de fructueuses recherches à venir !

Entretiens

L’équipe animatrice publiera dans cette rubrique des billets proposant la lecture d’un entretien avec une chercheuse ou un chercheur francophone ou anglophone ayant marqué le champ de la recherche en sciences sociales sur l’homoparentalité. Ces entretiens seront au format du podcast.


© Tous droits réservés

 

Parution : Comprendre la filiation et la parenté à travers le prisme de l’adoption

Carmen Lavallée (docteure en droit et professeure titulaire à l’Université de Sherbrooke) et Françoise-Romaine Ouellette (docteure en anthropologie à l’Université de Montréal et professeure associée à l’Institut national de la recherche scientifique) ont publié le 23 juillet 2020, aux Presses de l’Université de Laval, un ouvrage intitulé Comprendre la filiation et la parenté à travers le prisme de l’adoption.

Ce livre éclaire l’histoire législative et sociale de l’adoption québécoise, en s’intéressant plus particulièrement aux adoptions intrafamiliales et à la manière dont l’adoption légale redéfinit juridiquement les liens familiaux des enfants adoptés. Composé de deux parties, la première traite de l’adoption intrafamiliale (au Québec) : une institution en marge du système général d’adoption et la deuxième partie s’intéresse à la question de la pluriparentalité d’hier à aujourd’hui.

Estelle Tzotzis

Contact : estelle.tzotzis@univ-tlse2.fr

Estelle Tzotzis est doctorante en anthropologie sociale depuis octobre 2019, allocataire d’un contrat doctoral unique de l’école doctorale Temps, Espaces, Sociétés, Cultures, à l’Université de Toulouse Jean Jaurès. Elle réalise une thèse intitulée provisoirement Les parentés contemporaines néo-zélandaises au prisme de l’homoparentalité, dirigée par Jérôme Courduriès (Anthropologue et MCF à l’UT2J). Elle s’intéresse aux expériences des familles homoparentales (en incluant tous les membres du groupe de parenté), aux transmissions intergénérationnelles, aux relations d’entraide intrafamiliale et à l’accession à la parentalité comprenant notamment les nouvelles techniques de reproductions assistées et les pratiques de fosterage et de whangai (confiage traditionnel maori d’enfants).

Parallèlement à sa recherche doctorale, depuis l’automne 2020, elle coorganise le séminaire d’anthropologie générale de Toulouse (LISST-CAS) et est chargée de cours pour le département d’anthropologie de l’Université de Toulouse Jean Jaurès.

Page web au LISST-CAS