Un mois à la Maison Française d’Oxford

(Jardin de la Maison Française d’Oxford – 26.11.2012 Lola Cindric©)

Dans le quartier cinégénique de Park Town, la Maison Française d’Oxford accueille une équipe interdisciplinaire de chercheur·e·s présent·e·s pour des durées variables. Des programmes d’échange et des financements sont alloués pour venir y travailler. La bourse du mois propose probablement le plus court des séjours, ce qui n’amenuise en rien l’éventail d’opportunités que la Maison offre, à commencer par sa chaleureuse bibliothèque, en accès de jour comme de nuit, les sept jours de la semaine, pour tou·te·s les résident·e·s. C’est dans ce cadre que j’ai eu la chance de passer le mois de novembre 2021 à Oxford.

Les chercheur·e·s, le directeur – Pascal Marty, la gestionnaire administrative et académique – Catherine O’Sullivan, la comptable – Véronique Puelle, la chargée des programmes – Anne-Sophie Gabillas et la bibliothécaire – Janet Foot sont des plus accueillant·e·s. Quotidiennement, à 11h et à 16h, les Tea time installent des moments favorables au partage de conseils et de programmations culturels et universitaires.

(Radcliffe Camera – 15.11.2021 Estelle Tzotzis ©)

La bourse du mois et l’hébergement proposés par la MFO m’ont permis de mener à bien des projets qui avaient motivé ma candidature. Après le rite initiatique où j’ai juré de laisser d’éventuels désirs pyromanes aux portes de la célèbre quadricentenaire bibliothèque oxonienne – moment ne pouvant qu’enchanter tout·e étudiant·e en anthropologie – je me suis vu remettre une carte de lectrice du réseau Bodléien. Il s’agit d’un laissez-passer indispensable pour accéder aux espaces de travail, commander, retirer et lire des ouvrages et revues scientifiques, disponibles sur réservation et consultables exclusivement sur place. La Radcliffe Camera est alors devenue un phare dans la ville. Située à cinq minutes à vélo de la Maison, j’y ai étudié de nombreuses journées, découvrant des travaux tout à fait précieux pour ma thèse.

Approfondir ma bibliographie était mon premier objectif. Le second était de rencontrer le groupe de recherche pluridisciplinaire oxonien Queer Intersections Oxford, dédié aux études queer et trans – et d’assister à leurs événements organisés tout au long du mois. Conférences et séminaires s’avérèrent faciles d’accès. J’ai participé à des research lunch, des communications liées à mes axes d’études et deux débats grand public sur des questions LGBTI.

Le cadre et les aménagements mis en place à la Maison Française d’Oxford sont des plus propices au travail académique. C’est une réelle chance d’avoir pu y séjourner et je remercie infiniment toute l’équipe pour sa confiance.

Estelle Tzotzis

Ma page de présentation sur le site de la Maison Française d’Oxford

Conférence internationale – Couples de même sexe : instruments et savoirs pour la comparaison internationale

Le 25 et 26 novembre 2021, Gaelle Meslay, Wilfried Rault et Virginie Rozée (INED) organisent une conférence internationale sur les couples de même sexe au Centre des colloques du Campus Condorcet (Aubervilliers, France).

Le colloque est composé de quatre sessions et se clôturera autour d’une table ronde qui ont pour visée de dresser un état des savoirs sur les couples de même sexe et d’entreprendre une discussion collective sur les possibilités de comparaison entre plusieurs contextes nationaux et régionaux :

Session 1 : Du couple aux familles. De nouvelles approches statistiques pour étudier les familles homoparentales

Session 2 : Les couples de même sexe au fil du temps

Session 3 : Dépasser la binarité ? Les couples de même sexe et les catégories de genre

Session 4 : Comparer les sources nationales

Table ronde : Des possibilités de comparaison internationale ?

La conférence est au format hybride, le pass sanitaire est demandé pour une inscription en présentiel. L’inscription se fait ici.

Programme de la conférence internationale – Couples de même sexe : instruments et savoirs pour la comparaison internationale

Parution : Transidentité et état civil

A été publié, au cours de l’automne 2021, un livre dirigé par Jérôme Courduriès, Christine Dourlens et Laurence Hérault, consacré à la manière dont la transidentité vient interroger les règles et les usages de l’état civil et aux changements intervenus dans le droit civil pour permettre une évolution des règles d’identification des personnes par leur sexe et leur prénom.

On peut y lire des contributions de juristes, de sociologues, d’anthropologues et de personnes concernées.

Marc Pichard propose une réflexion générale sur la mention de sexe à l’état civil. Irène Théry s’intéresse particulièrement aux enjeux relevant, dans l’état civil, de la distinction entre sphère publique et sphère privée. Sun Hee Yoon montre la manière dont les collectifs trans ont pris part aux réformes législatives. Nicole Gallus présente en détail la législation belge dans le domaine de l’identification des individus par la catégorie de sexe. Benjamin Moron-Puech la manière dont la mention de sexe reconnaît, ou non, les personnes transgenres et intersexuées dans différents pays. Emmanuel Theumer fait la genèse de la loi argentine sur l’identité de genre. Pascale Absi s’interroge sur la manière dont les enjeux relatifs à la loi sur l’identité de genre adoptée en Bolivie croise ceux des politiques indigènes.

Dans leurs propres contributions qui portent sur le contexte français, Laurence Hérault détaille notamment les évolutions historiques qu’ont connues les actes de naissance, dans le fond comme dans la forme, Christine Dourlens décortique la collaboration entre la médecine et le droit dans le domaine du changement de la motion de sexe à l’état civil et Jérôme Courduriès montre le rôle toujours plus grand joué par la reconnaissance au sein de son entourage et par l’audience dans la décision du juge d’accorder ou non une modification de la mention de sexe sur l’acte de naissance. Tous les trois analysent les décisions rendues récemment par la Cour européenne des droits humains.

Dans un entretien publié dans le livre, Pauline Pagès revient sur le parcours juridique qu’elle-même et sa compagne ont dû accomplir pour imposer que l’état civil les reconnaissent comme les deux parents de leur enfant.

Journées de Mauprévoir

Chaque année depuis 17 ans, un groupe de copains, dont certains sont d’anciens universitaires, désormais retraités, rejoints depuis quelques temps par la génération de leurs enfants, organisent à Mauprévoir, un bourg d’un peu plus de 600 habitants situé dans la Vienne , trois journées consacrées à un thème. Pour l’occasion ils invitent des chercheur·ses, des politiques, des journalistes, des professionnel·les, des actrices et acteurs associatifs à présenter des communications et surtout à discuter. Le thème de cette année : Famille, parentalités : quels enjeux politiques?

Estelle Tzotzis y a présenté un propos général sur l’homoparentalité en Nouvelle-Zélande et Jérôme Courduriès une introduction à la variabilité des systèmes familiaux selon les cultures et dans le temps.

On a pu également y entendre Anatole Lucet, philosophe, qui nous a parlé de Gustav Landauer et des pensées anarchistes ou de gauche de la famille, Virginie Rozée, sociologue, qui est revenue sur ses travaux portant sur la gestation pour autrui en Inde, Céline Bessière et Sibylle Gollac, sociologues elles aussi, qui ont présenté leur livre sur Le genre du capital, Caroline Mécary, avocate, qui a discuté des évolutions récentes de la jurisprudence dans le domaine de l’homoparentalité et Iris Deroeux, journaliste à The Conversation, qui nous a présenté le P.A.F., collectif pour une parentalité féministe et égalitaire.

La salle des fêtes de Mauprévoir était bien pleine. Et les participants, même masqués, ont nourri des discussion très riches.

Soutenance HDR de Jérôme Courduriès

Jérôme Courduriès, corédacteur de ce carnet, anthropologue spécialiste de l’homoparentalité et maître de conférence à l’Université de Toulouse Jean Jaurès, soutiendra le 11 juin 2021 (à partir de 14h) son habilitation à diriger des recherches. La soutenance se déroulera à la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme, à Aix-en-Provence et en visioconférence sur Zoom. N’hésitez pas à nous écrire si vous souhaitez recevoir le lien de connexion.

Le dossier qui fera l’objet de cette soutenance s’intitule « Gestation pour autrui, homoparentalité, mention de sexe à l’état civil : des relations et des statuts. Une contribution à l’anthropologie de la parenté et du genre dans la société française ». Il se compose d’un mémoire de synthèse proposant des analyses inédites, d’un volume regroupant une sélection de publications et de trois ouvrages : Homosexualité et parenté (2014, dirigé avec Agnès Fine), Perspectives internationales sur la gestation pour autrui. Expériences des personnes concernées et contextes d’action (2018, dirigé avec Isabel Côté et Kévin Lavoie) et Homoparentalités : la famille en question? (2020, Co-écrit avec Flávio Luiz Tarnovski).

Le jury sera composé de : Tiphaine Barthélémy, Professeure, Université de Picardie Jules Verne (Rapportrice) Agnès Fine, Directrice d’études, École des hautes études en sciences sociales Laurence Hérault, Professeure, Aix-Marseille Université (Tutrice) Michael Houseman, Directeur d’études, École pratique des hautes études (Rapporteur) Séverine Mathieu, Directrice d’études, École pratique des hautes études Rayna Rapp, Professor, New York University Irène Théry, Directrice d’études, École des hautes études en sciences sociales (Rapportrice).

Nous lui souhaitons une riche soutenance et de fructueuses recherches à venir !

Colloque international “Ce que l’absence d’enfant fait à la parenté”

Avec des collègues toulousain·es, Chloé Chassagnac, Jérôme Courduriès, Flávio Tarnovski et Estelle Tzotzis organisent un colloque international intitulé “Produire des personnes et des liens. Ce que l’absence d’enfant fait à la parenté” du 3 au 6 mai 2021. Initialement prévu sur le campus de l’Université Toulouse Jean Jaurès fin avril 2020, en raison de contexte sanitaire, il se tiendra exclusivement en ligne.

Une session spécifiquement dédiée aux familles homoparentales dans des contextes culturels et sociaux différents aura lieu mercredi 5 mai. Flávio Tarnovski proposera une communication intitulée “Parenté en ligne: devenir parent à l’aide de sites internet au Brésil” et Estelle Tzotzis proposera un autre communication intitulée “Dynamiques d’entraide dans la réalisation d’un projet d’enfant. Devenir homoparents en Nouvelle-Zélande (Aotearoa)”.

Nous pourrons également entendre une communication proposée par Isabel Côté, professeure en travail social à l’Université du Québec en Outaouais, Kévin Lavoie, professeur en travail social à l’Université Laval et Martine Gross, sociologue, qui a pour titre “Le recours à un donneur connu par des mères lesbiennes en France : motivations des adultes impliqués dans l’entente et attitudes de leurs proches“.

Les inscriptions sont ouvertes ici jusqu’au 29 avril au soir. Au-delà, on peut demander à suivre une ou plusieurs journée(s) du colloque en envoyant un mail la veille ici.

 

Appel à participation

Recherche sur l’homoparentalité en France menée par Chloé Chassagnac


© Tous droits réservés

Je m’appelle Chloé Chassagnac et je suis en deuxième année de doctorat en anthropologie à l’Université de Toulouse Jean Jaurès. Je consacre ma recherche aux familles homoparentales en France. Lors de mon master en anthropologie, j’ai réalisé deux enquêtes ethnographiques auprès de familles homoparentales, en binôme avec ma compagne – la première s’est déroulée durant une année en France et la seconde, durant une année encore en Nouvelle-Zélande. Nous avons travaillé au sens large sur les familles homoparentales, sur leur histoire et leur constitution, depuis l’élaboration du projet d’enfant jusqu’à la vie familiale quotidienne en rencontrant les différents membres des familles (enfants, grands-parents, oncles, tantes, cousins etc.). Je me suis aussi intéressée à la façon dont l’enfant s’inscrit dans sa famille élargie.

A ce jour, je poursuis cette étude en France. Il me semble important de contribuer à une visibilité plus grande encore de ces familles dans la recherche universitaire (quel que soit le mode de constitution et le modèle familial : recomposition familiale / adoption / pma / insémination artisanale / gpa, etc…/ monoparentalité / biparentalité / coparentalité), particulièrement en France. Pour ma thèse, intitulée provisoirement Les homoparents, leurs enfants et leurs apparentés face à la stigmatisation – Trajectoires familiales, visibilités et agentivité, je cherche à rencontrer des familles et futures familles homoparentales qui souhaitent partager leur expérience. La situation sanitaire a mis en suspens depuis mars 2020 les rencontres que je propose avec les familles. Ces rencontres prenaient la forme d’une conversation de manière à laisser libre cours à la parole et au récit de vie (il ne s’agit pas d’un questionnaire préétabli). Pour contourner les contraintes de la situation sanitaire, je propose dans un premier temps de se rencontrer « virtuellement » à l’aide de la visio ou encore de pouvoir discuter par téléphone. La durée de ces entrevues peut être variable et je m’adapterai aux disponibilités de chacun.

Ma recherche préservera l’anonymat des personnes rencontrées ; les noms, villes, ou même les catégories socio-professionnelles seront modifiées de manière à ce que personne ne soit identifiable contre son gré. Si vous faites partie d’une famille homoparentale et que vous souhaitez participer à cette étude ou si vous connaissez des personnes susceptibles d’être intéressées, n’hésitez pas à me contacter ou à transmettre mes coordonnées : chloe.chassagnac@gmail.com.

Je vous remercie pour votre aide. Je suis disponible pour tout renseignement supplémentaire.

 

Parution : Homoparentalités. La famille en question ?

Jérôme Courduriès et Flávio Tarnovski ont publié le livre Homoparentalités. La Famille en question ? aux Éditions François Bourin.

Il y a déjà plusieurs années que l’homoparentalité fait l’objet de vives polémiques en France. Les débats et réactions suscités par la loi du « mariage pour tous » et, plus récemment, par la proposition d’élargissement de la PMA aux couples de femmes et aux femmes seules, ont fait émerger bon nombre de fantasmes et de préjugés autour de l’homoparentalité. Des fortes réactions contraires à la reconnaissance législative des familles homoparentales se sont fait entendre dans toute la France, mobilisant des représentations stéréotypées sur la famille. Mobilisant des recherches empiriques avec des familles homoparentales et des études anthropologiques sur la parenté, les rapports de genre et la sexualité, les auteurs restituent les questionnements soulevés par l’homoparentalité dans le contexte historique récent de transformation des rapports familiaux. En retraçant les évolutions qu’ont connues les familles occidentales ces quarante dernières années, les auteurs nous invitent à penser sous un jour neuf la filiation et la parenté.

 

Entretiens

L’équipe animatrice publiera dans cette rubrique des billets proposant la lecture d’un entretien avec une chercheuse ou un chercheur francophone ou anglophone ayant marqué le champ de la recherche en sciences sociales sur l’homoparentalité. Ces entretiens seront au format du podcast.


© Tous droits réservés

 

Parution : Comprendre la filiation et la parenté à travers le prisme de l’adoption

Carmen Lavallée (docteure en droit et professeure titulaire à l’Université de Sherbrooke) et Françoise-Romaine Ouellette (docteure en anthropologie à l’Université de Montréal et professeure associée à l’Institut national de la recherche scientifique) ont publié le 23 juillet 2020, aux Presses de l’Université de Laval, un ouvrage intitulé Comprendre la filiation et la parenté à travers le prisme de l’adoption.

Ce livre éclaire l’histoire législative et sociale de l’adoption québécoise, en s’intéressant plus particulièrement aux adoptions intrafamiliales et à la manière dont l’adoption légale redéfinit juridiquement les liens familiaux des enfants adoptés. Composé de deux parties, la première traite de l’adoption intrafamiliale (au Québec) : une institution en marge du système général d’adoption et la deuxième partie s’intéresse à la question de la pluriparentalité d’hier à aujourd’hui.